Parler cheval:   Pourquoi faire ?

Pour en faire un partenaire de travail, de jeu, de sport, de loisirs ou de rééducation.., il importe de le faire participer à nos actions,

  • sans peur et sans violence, ce qui finirait par être dangereux pour lui et pour nous,
  • mais volontairement, généreusement comme il sait faire, quand il a compris clairement ce que nous lui demandons.

Tout cavalier –et avant cela, tout enfant qui rêve de l’être- a plus ou moins consciemment l’utopie d’une telle harmonie avec ce compagnon, actuel ou futur, qu’elle confine au mythe millénaire du Centaure : homme et cheval ne faisant qu’un, combinant la beauté, la force, la vitesse et la réactivité du second avec les capacités intellectuelles, langagières et manuelles du premier.

N’est-ce vraiment qu’un mythe ? Certains cavaliers atteignent dans leur pratique une telle harmonie avec leur partenaire chevalin  que ce mythe en devient quasi réel. Regardez la démonstration d’Andy et Okies. On s’y croirait arrivé, non ? Comment font-ils ? Andy Booth (Haras de la Cense) répond : « faites en sorte que votre idée devienne son idée ».

Pour cela, il faut bien sûr lui communiquer notre envie et la lui faire accepter. Aucune chance que nos discours métaphysiques y arrivent si notre idée va à l’encontre de ses préoccupations naturelles.

Deux conséquences à ce constat :

  1. Il nous faut apprendre à lui parler de façon compréhensible pour lui.
  2. Il nous faut intégrer dans notre projet avec lui ses réactions innées et sa nature, donc les connaître.

Bien sûr, il n’est pas question de faire ici une thèse en Ethologie, vaste étude du comportement animal, ni même seulement équin.  Mais simplement aborder ce qu’il est par le biais de 2 questions fréquentes : Est-il gentil ? Est-il dangereux ? Ces questions sont plus souvent posées dans l’ordre inverse. Mais je vois dans les réponses à la première des explications pour la seconde.

Deux volets importants dans cet abord du cheval :

    • Qui est-il ? Comment vit-il naturellement ? Quelles sont ses préoccupations naturelles ? Comment communique-t-il ?

Et, par conséquent :

    • Dans son esprit de cheval, comment nous voit-il ? Quelle attitude devons-nous avoir à son égard ? Et donc comment pouvons nous lui parler ?

Apprenons donc, en les observant, à « parler cheval » pour en être mieux compris. Et apprenons à compter avec leur nature, sans vouloir y substituer notre logique humaine qu’ils ne peuvent comprendre. Enfin, soyons aussi prudents à leur égard qu’ils le sont entre eux.

A ce prix (modéré), ils nous offrent bien des satisfactions. Grand merci aux chevaux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s